Après être arrivés sur l'île du Nord de Nouvelle-Zélande et avoir déjoué les fromages Corses laissés là pour nous tromper, nous avons filé plein nord.
Le temps est à la pluie et nous avançons donc sans trop s'arrêter à part pour donner à boire à notre nouveau bébé qui a moins soif que notre ex-Mémère… pour finir par camper dans ce qui est visiblement une station de ski quand le temps est à la neige…


Il fait déjà nuit noire lorsque nous arrivons à l'aire de camping du Tongariro NP et un panneau lumineux se veut bienveillant en nous indiquant que le domaine skiable est "CLOSED". Oui en même temps à cette saison, l'inverse nous aurait étonné.
Une bonne nuit de sommeil et quelques crumpets plus tard et nous voilà d'attaque pour cette nouvelle journée qui s'annonce prometteuse… vu le temps grisâtre. N'étant finalement pas si loin du sommet du volcan sur lequel nous nous trouvons, on décide quand même de se pointer là-haut afin d'admirer ce qui nous sera donné à voir. Mais voilà que toute une série de voitures file également vers le sommet à toute bringue ! Curieux, on observe attentivement tous ces véhicules et pas un seul ne porte de ski sur le toit ou quelconque équipement de sport extrême dont les Kiwis sont si friands… et de toute façon, le panneau indiquait bien "CLOSED" il y a encore quelques heures ! Bon, ce doit être un rassemblement d'une secte diverse ou pire… un départ de course cycliste depuis le sommet… Nous verrons bien, et notre cher Grandvia nous y mène sans plus tarder.
Mais quelle n'est pas notre surprise lorsque nous voyons tout un tas de voitures bien garées et une armée de types en gilet orange fluo qui nous font de grands signes afin de parquer notre char, heu… garer notre voiture pile à l'emplacement indiqué ! Une fois garés, on sort de la voiture l'air un peu hagard en regardant tous ces quidams qui s'agitent en silence et qui paraissent très organisés à enfiler leur combinaison de… ski ! Et les skis, donc, étaient chaudement rangés au fond du coffre des voitures. Pris dans ce mouvement de foule, nous voici, 15 min plus tard, les fesses, humides, posés sur un télé-siège nous amenant au départ de plusieurs pistes mais surtout, au bar du sommet ! Oui car pour moi, le ski est un sport pour le moment proscrit… Ah tiens donc ? Mais Madeleine elle, ne tiendra pas bien longtemps et à peine arrivée là haut, elle redescendra fissa pour se louer une combinaison et les skis qui vont avec !


Elle passe l'après midi à descendre et remonter toutes ces pentes enneigées… et moi à glandouiller un peu au bar du sommet après m'être enfilé au moins deux BBQ Monster Burger !
Ce n'est que lorsqu'il commencera à pleuvoir sérieusement que madame se décidera à descendre jusqu'à la station… en ski, bien évidemment. Et moi en télésiège, n'ayant pas trouvé de paire de ski version tandem… Oui, sauf que la descente à ski doit se faire en à peine plus de 5min et en télésiège en 12 bonnes minutes ! J'arrive donc en bas trempé jusqu'à l'os et frigorifié, au bord de l'hypothermie !
On se sèche plus ou moins avant de s'engouffrer dans notre Grandvia puis continuons notre route vers le nord.
Mais étant dans une région à forte activité sismique, il se trouve qu'il y a nombre de sources d'eau chaude puant plus ou moins le souffre et on opte alors pour un camping qui contient différents bains chauds voire très chauds dans lesquels nous pourrons nous réchauffer ou nous brûler :)


Propres, presque secs mais en tout cas réchauffés, nous continuons notre route qui décidément est de plus en plus humide. Direction un endroit bien curieux sur cette planète puisqu'on pourrait dire que c'est un des rares "planétariums naturels" qui puissent exister.
Nous voilà, petit à petit, plongés dans le noir en descendant profondément sous terre, tous à se suivre à la queue-leu-leu tenant l'épaule de son voisin de devant… pour découvrir une magnifique voûte illuminée par des centaines de milliers de petits vers luisants !
Oui, si ce n'est pas le seul endroit au monde où l'on peut admirer un si beau phénomène, c'est ici, à Waitomo Caves, que sont réunies au mieux les conditions pour que ces petits vers brillent au maximum de leur puissance et qu'il est donc si facile de les contempler. Nous passons près d'une heure et demie en sous-sol guidé par un type extra, ayant lui-même participé à l'aménagement de la grotte afin de la rendre accessible aux visiteurs… Bref, un parcours très intéressant et tout à fait magnifique, même si nous n'avons pas pu vous rapporter une seule photo de vers luisants, l'usage d'un trépied étant tout à fait interdite et même de l'appareil photo à certains endroits. En guise de consolation, voici un cliché de l'entrée de la grotte qui, je l'espère, vous attirera dans cet endroit magique !


Cette dernière visite effectuée, il ne nous restait plus qu'à rentrer à Auckland afin de rendre, snif, notre beau Grandvia mais également d'assister à cette fameuse demi-finale de la coupe du monde de rugby : France VS Pays de Galles qui a tant fait couler d'encre numérique…
Mais il faut avouer que se trouver là, en ce temps fort pour ce pays qui voue absolument tout à ce sport, était quelque chose d'impressionnant à vivre ! En effet, en France, nous avons le rugby mais c'est surtout le foot qui remuera les foules. En Australie, ce sera leur footy ou encore le criquet… Mais les Néo-Zélandais eux, n'ont que le rugby ! Rien d'autre ! Et certains d'entre eux en voudront même à tout ce ramdam fait pour la coupe du monde en nous disant que leur pays ne vit QUE pour ça. Ici, la moindre voiture arbore fièrement le drapeau des ALL BLACKS, chaque bar y va de sa banderole, quelques fermiers auront même écrit GO BLACKS en vieux pneus ou en installant une gigantesque bâche sur leur colline… Bref, le pays entier vit au rythme de la coupe du monde et nous les sentons immensément fiers d'accueillir cet événement pour la première fois et certainement, pour la dernière fois tant cette édition à déjà été épique avec les tremblements de terre sur l'île du sud.
Accueilli par une Kiwi via Couch-Surfing, nous allons tous les trois sur les docks du port d'Auckland où ont été installés pour l'occasion de gigantesques structures et autres écrans géants vous permettant de suivre les matchs tout en sirotant une bonne bière d'une main et mangeant un hot-dog dégoulinant de ketchup de l'autre… Bref, toutes les conditions sont réunies pour passer une bonne soirée avec en plus un stand pour se faire peindre le coq sportif gratuitement sur l'une ou l'autre joue !
Allez les bleus ! C'était serré et le match était un peu merdique mais Yeahhh ! On est en finale !