Bon et alors depuis le "Red Center" et la cosmopolite Alice Springs, qu'est-ce qu'on a vu ? Nous avons donc roulé un bon moment, un long moment surtout afin de dépasser le tropique du Capricorne et se croire tout d'un coup dans un autre pays… Tout ça en restant au volant de son fidèle Toyota, c'est quand même pas mal ! 200 Km au nord du tropique, lorsque vous vous arrêtez après avoir mangé près de 600 bornes d'asphalte dans la journée, la végétation change presque subitement. Une étrange chaleur humide vous enveloppe dans une foret tropicale remplie de bruits et d'insectes en tous genres… Pas de doute, vous êtes bien arrivé en bordure du Kakadu, un fameux parc national près de Darwin.
Ici, ce n'est pas l'eau qui manque. C'est truffé de petit cours d'eau qui sillonnent dans toute la région et dont une grande partie peut être habitée, ou plutôt hantée à en croire les panneaux, par des crocodiles marins, c'est-à-dire les méchants vilains qui peuvent vous manger ! Car certaines rivières sont, elles, déclarées ouvertes à la baignade et ne sont peuplées que de "freshies", des petits crocodiles d'eau douce qui ne dépassent généralement pas les 3m, sont très timides et s'attaquent donc rarement (voire jamais) à l'homme.
Nous commençons donc la découverte de cette région du nord par Mataranka, connue pour ses sources thermales auxquelles… nous ne sommes pas allés (mais on ira bientôt avec Madeleine !) On arrive ensuite à Katherine, sorte de ville-nœud, seul point de passage pour aller à Darwin et partir vers le sud ou le grand ouest… C'est donc là que vous ferez le plein de tout (GPL, essence, eau et bouffe) avant de vous engager dans le Kakadu en commençant par ce très beau parc national à l'extrême sud, Nitmiluk NP, plus connu sous le nom de Katherine Gorge. Malheureusement, il y avait visiblement de vilains "salties" (crocos de mer) qui peuplaient la rivière et elle était donc fermée au Canoë-Kayak… On se rabat donc sur une "croisière" en bateau. Un joli tour de 2h nous emmenant à travers deux gorges superbes.


Il est temps d'attaquer le Kakadu par sa route principale. Nous nous arrêterons le premier soir près d'une belle chute au doux nom de Gunlom Falls. La grimpette est un peu rude, surtout lorsque votre genou n'est pas dans sa meilleure forme mais le sommet de la cascade en vaut le coup ! C'est une série de petites piscines naturelles dans lesquelles vous pouvez nager tranquillement sans risque de vous prendre un crocodile venant de plus haut. On reste donc un bon moment avec Clément à se "laver" sous ces chutes. Retour à la voiture pour continuer un peu plus loin, aux visiblement fameuses Jim Jim Falls. Toutes les cartes indiquent que la piste d'accès faisant une soixantaine de kilomètres est totalement défoncée et nécessite au minimum deux heures l'aller simple, en 4x4 uniquement… Allez, on en a vu d'autres et on s'engage, confiant, sur cette piste horrible. Mais que nenni ! C'est une véritable autoroute qui défile sous nos roues et nous filons à 80 Km/h sans sourciller. Nous comprendrons un peu plus tard lorsque l'on croise une niveleuse sur le côté. La piste est en train d'être refaite et nous en sommes ravis ! Sauf qu'une fois arrivés au camping, on comprend mieux pourquoi un 4x4 est absolument nécessaire pour s'y rendre. Les 8 Km qui séparent le camping des Jim Jim Falls sont totalement défoncés et c'est une belle épreuve technique de franchissement ! Trous d'eau, bosses, cailloux, rivières… bref, tout y passe et on est secoués comme des bananiers en plein cyclone. Mais le décor est absolument superbe et nous y arrivons avec une très belle lumière de coucher de soleil. Les Jim Jim valaient le déplacement avec leurs deux chutes parallèles. On y reste jusqu'aux dernières lueurs avant de rentrer au camping quasiment de nuit. C'est toujours aussi technique mais ça nous parait bien plus court.


Mais si la route était si facile pour arriver là, il fallait bien que quelque chose d'autre cloche… Nous tombons en panne de Gaz pour notre réchaud. L'eau des pâtes n'a même pas bouilli… On décide de mettre quand même notre demi paquet de Linguine… On verra bien. En plus de ça, plus de glace dans la glacière et tout se réchauffe. Et pour couronner le tout, on se rend compte que nous n'avons plus de pain pour le pti-dej du lendemain. C'est la dèche totale ! (mais le double du temps de cuisson des pâtes nous aura donné quelque chose de mangeable…)
On arrive à tout remplir le lendemain dans cette ville étrange qu'est Jabiru, construite pour l'exploitation de l'Uranium qui abonde dans cette région. Nous poussons le soir jusqu'à Ubirr, un site reconnu pour ses peintures aborigènes et pour son coucher de soleil depuis le point de vue "Nadal". Effectivement, mis à part le peuple qui se masse pour l'admirer, le coin est très joli pour un coucher de soleil. Malheureusement ce soir-là, un gros nuage en avait décidé autrement et a masqué le soleil pendant la dernière demi-heure… Bref, c'était raté !


Il ne manque plus qu'à revenir vers Darwin en faisant une dernière halte pour ne pas manquer une attraction qui en vaut le coup d'œil… Jumping Crocodile, sur la rivière Adelaide. Vous partez une heure sur un bateau dans une rivière infestée de crocodiles marins… et pour cause (rappel pour ceux qui ne suivent pas : ce sont les vilains méchants) ! Un type sur le bateau s'amuse à accrocher un bout de viande au bout d'un bâton afin de faire sauter les crocodiles hors de l'eau pour qu'ils les attrapent. C'est très rigolo, sacrément impressionnant et surtout, on ne se douterait pas une seconde qu'un crocodile serait capable d'une telle chose ! Nous sommes donc bien contents de découvrir le côté acrobate des "salties" et finissons notre route vers Darwin tout contents. Il ne manque plus qu'à trouver un camping avec de quoi recharger le Mac et toutes les batteries. Un petit vidage de carte mémoire jusqu'à 3h du mat et je suis prêt à recevoir Madeleine qui arrive le lendemain depuis Melbourne.


Bonjour Madeleine et salut Clément ! Ces 15 derniers jours étaient bien sympas !